La vente du siècle : dispersion de la collection de Peggy et David Rockefeller

  • 16/05/2018

La dispersion du 8 au 11 mai, de la collection de Peggy et David Rockefeller a probablement été l'Evènement mondial du marché des enchères 2018. Avec 6 ventes à New-York au Rockefeller Center et 8 ventes online, la mise aux enchères des 1600 lots de cet ensemble a constitué selon Christie’s la « vente du siècle ».

 

David Rockefeller, un banquier philanthrope

Petit-fils de John D. Rockefeller, qui inspira le personnage de Gatsby le magnifique et dont le nom est devenu synonyme de capitalisme, David Rockefeller, accompagné de son épouse Peggy, a constitué, depuis près de 60 ans, une impressionnante collection. Mais le banquier est surtout devenu un important mécène de fondations et institutions caritatives, donnant notamment près de 100 millions de dollars en 2005 au MOMA, et près de 1 milliard de dollars au cours de son existence. A tel point que son nom est aujourd'hui selon l'édition américaine de Vanity Faire, synonyme de "rendre". Se considérant comme dépositaire des œuvres plutôt que propriétaire, David Rockefeller a ainsi souhaité que le produit de la vente de sa collection organisée par Christie's du 8 au 11 mai dernier, soit reversé à des organisations à but non lucratif. L’exemplarité du personnage explique pour certains le succès de la dispersion de sa collection.

 

Une vente historique

Annoncée depuis plus d’un an, celle-ci a fait l’objet d’une promotion exceptionnelle. A l’instar des précédentes grandes collections comme celles de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent (484 millions de dollars récoltés en 2009) ou de l’entrepreneur Alfred Taubman (475 millions de dollars), la collection de Peggy et David Rockefeller est un événement tant sur le plan de la qualité que de la quantité. 14 vacations, 1600 lots, 5 catalogues, une exposition itinérante de Londres, à Shanghai en passant par Paris, Los Angeles, Hong Kong, Pékin. L’utilisation de superlatifs semble cette fois avoir été largement méritée. Alors que la vente Taubman avait coûté près de 15 millions de dollars à Sotheby’s qui avait garanti le résultat à hauteur de 500 millions de dollars, la vente de la collection Rockefeller dépassait déjà le demi-milliard de dollars après le premier jour de vente. Au total, 100% de lots vendus et près de 832 millions de dollars couronnent la « vente du siècle ».

 

Chefs d’œuvres et records

Picasso, Modigliani, Monet, Matisse, Gauguin, Renoir… les plus grands noms composaient cet incroyable ensemble. La vente, grâce à un marketing impeccable a su réunir les amateurs, confirmant la bonne santé du marché actuel. « La fillette à la corbeille fleurie », toile de la période bleue de Picasso a été adjugée 115 millions de dollars, faisant de l’artiste le seul peintre dont plusieurs œuvres ont été vendues plus de 100 millions de dollars. Cette toile réalisée à Montmartre en 1905 avait été achetée par Léo et Gertrude Stein au peintre espagnol pour 150 francs. Elle occupe aujourd’hui la 66e place parmi les œuvres les plus chères du monde. Notons aussi le record pour Claude Monet et ses « Nymphéas en fleurs » vendus 84,6 millions de dollars. Matisse n’est pas en reste. "L’odalisque couchée aux magnolias" a séduit son nouveau propriétaire qui a déboursé 80,7 millions de dollars. Malgré tous ces succès, le milliard de dollars n’a pas été atteint, alors que les commentateurs attendaient un effet « Salvator mundi » qui n’a pas eu lieu.

 

La saison des grandes ventes New-Yorkaises a donc été inaugurée de façon prestigieuse. La tendance s’est confirmée lundi 14 mai, chez Sotheby’s où un nu couché réalisé par l’artiste italien Amadeo Modigliani a été vendu 157 millions d’euros, devenant le 4e tableau le plus cher de l’histoire des enchères.

 

Le conseil Quel marteau

Les ventes caritatives sont l’occasion de faire de bonnes affaires. Parfois sans frais acheteur, déductibles des impôts, acheter une œuvre au profit d’une organisation à but non lucratif permet d’investir dans l’art et de réaliser des économies substantielles. Mobilisés, les artistes peuvent aussi réaliser des œuvres inédites, disponibles pour le grand public. A l’heure de rédiger votre déclaration d’impôts, n’hésitez plus à investir dans l’art !


En publiant votre annonce sur Quel marteau, vous recevez plusieurs offres qui vous permettront de vendre vos objets au bon endroit, au bon moment en choisissant le professionnel adapté.


Rejoignez-nous sur FacebookInstagram et Twitter !


Crédits photographiques : Julie Jacobson/AP


Retour